Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jour gravé jetant l’Espoir derrière soi

privant le regard de sa mémoire en soie ;

au matin dans blanche Maison verglacée

un corps allongé endormi à jamais ;

je Vous ai reconnu sans le désirer

calme et livide de blancheur regrettée

et Vous ai remis missive au Nom de Tous

composée veille... d' écriture douce ;

Ô.. je le sais bien jamais ne la lirez

excepté l’âme : j’aime m’y refléter ;

mes larmes bleues épuisées sont restées sèches

écoutant reproches de Mam’ en colères

m’imaginant morbide à vouloir Vous voir

une dernière fois d’un baiser d’amour

Ô.. guère longtemps “Elle” ne m’en voulut ;

près d’une Peugeot un baiser d’amour fut

calmant cette Peur revenue... d’en mourir

pour tuer Ta solitude  et Vous chérir

 

Jour gravé Vous sachant à Saint-Thomas d’Aquin

vieille église remplie à rebord du chagrin ;

que d’hommages et de pleurs Ô gisant sur Vous

les entendez-vous ou si peu ces instants fous

sur la gauche je suis les écoutant si peu

planant dans un Univers où se plait un jeu

composé de nos rires sur une rivière

avec Armand courtisant les rives et Terre

comme pour exorciser Ô.. cette Demeure

laquelle Vous a retenu Temps de misère ;

puis ne sais pourquoi je vacille me perdant

oubliant le Monde Vous aimant attendant

l’ultime sacrement d’un signe de la Croix

pour me réveiller d’une main Ô.. d’un partage ;

               -que de monde pour Vous reconnaître humain

               -que d’humains tristes retenant leur chagrin

 

Jour gravé au gris Cimetière Montparnasse

Monde à Thomas s’est divisé selon tristesse ;

le cortège de sa lenteur avance lourd

suivi d'un pas lourd de vague à l’âme à rebours ;

-en tête parents se rappelant de l’enfant

d’un bonheur ignorant ce vil événement ;

-en queue je traîne rassemblant les hésitants

soupirant du peu de Temps d'avant leur restant

à côtoyer cette famille et souvenirs

d’un ami d’un amant se mourant de soupirs ;

de partout les âmes de jadis nous observent

Ô.. sans se présenter à ceux qui trop s’énervent

d’un silence frissonnant les jours gris de brèves

rides d’un Dix Janvier froid à jurer colères

en limbes de sots murmures auprès des pleurs

changeant de corps au fil de pas sombre de heurts

jusques à ce moment de la mise au néant

si maladroitement que cris hurlèrent vent

 

Jour gravé...Vingt-neuf  de Sèvres Parisien

âmes se taisent arrivant bout de chemin ;

je cherche mon petit frère regard fuyant

Ô.. juste pour le Voir et l’Aimer comme avant

entouré de ses amis il reste beau, noble

comme nos parents d'amour : Ô.. TOUT se ressemble,

chavirant pensée vers le buffet oublié

pour certains désiré pour d’autres : sablier

du Temps nous présentant cette vie d’un efface

de ce jadis et ses amours où TOUT se passe

comme si RIEN n’avait existé, pauvre jour

comme si RIEN ne se substitue à l'amour ;

pourtant Francis tu es le centre de la Terre

de ses rires de ses pleurs de l’espoir d’une Ère ;

                    j’en ris nerveusement et pour me sauver

                    j’embrasse nos parents sans un mot...  navré !

Oli ©…Jour gravé

© (P)-     Francis Jr(11, 12)  10/01  P5

(voyage d’un frère en limbes)

du livre « …Itinéraire d’un Calvaire”  -Série 10Jan 00

 

Tag(s) : #Poèmes_Série_10jan, #Poèmes_Sizains++, #Poèmes_Itinéraire_Calvaire, #Poèmes_Années_Pb, #Poèmes_09_11syllabes, #Poèmes_Série_Paris
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :