Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des pleurs terrassent notre mère chaque heure

au large d’un océan loin de Demeure

nous laissant naufragés même à ses côtés

des naufragés d’un bateau sans nom, jetés

sur un quai noir d’horizon loin du bonheur

qui semblait vivre l’espérance en Demeure

 

Lui tendre la main de l’Esprit est folie

glissant au désarroi repoussant la vie ;

Ô.. Seigneur déjà tant de souffrance aux Camps

pourquoi leur jeter en pâture les champs

gris de douleurs où ne poussent que cailloux

où se jettent joies de vivre moments doux

 

Lamour est triste ce soir détruit par manque

besoin que je me repose en la calanque ;

j’ai encor rêvé de Vous mon frère aimé

avec Armand sommes partis Vous chercher

bord... zone allemande et t’avons ramené

en Demeure déconcertant les aimés ;
tu avais maigri et jauni des cheveux
puis TOUS, oubliâmes puisque, fort heureux !

 

Etrange rêve de Nous conté à Mère

me prenant en ses bras battant Cœur de Terre

sous le regard de Père ne comprenant

l’instant ni recherchant raison comme avant ;

puis sous le sourire de Mère, l’embrasse

les yeux clos, Tous deux je crois, de Votre trace

Oli ©…Loin de Demeure

© (P)-     Francis Jr(11, 12)  25-26/01  P5

(voyage d’un frère en limbes)

du livre « …Itinéraire d’un Calvaire”  -Série 10Jan 00

 

 

Tag(s) : #Poèmes_Série_Apostrophe, #Poèmes_Années_Pb, #Poèmes_Itinéraire_Calvaire, #Poèmes_09_11syllabes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :