Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Matin : “il est” Parfum qui s’absente ;

 La nuit : “vit” blanche Voix qui m’enchante ;

Que n’ai-je pu : Vous sauver mon Frère

De tourments délivrés par l’Enfer !

Ô.. Toi l’humain, en ce jour de juin

Ayant décidé du Sort d’un frère,

Te crois-tu à l’abri sur cette Terre ?

Ne crains-tu pas jugement de Fin ?

Ô.. Toi l’humain, Juge des “trois jours”

Tu as osé le dénigrer : Seul

Il se noya de ses Amours,

Fier des souvenirs et de leur feule.

Ô.. Toi l’humain, gradé sans respect

Combien as-tu meurtri en besace ?

Juste par plaisir  Ô.. d’un Rejet ;

Le Tien qui chaque soir vous tracasse.

Ô.. Toi l’humain, l’Erreur militaire

Croyant légitim’ puisque gradé

Ignorant jeunesse réfractaire

Jusques à tuer fragilité.

Ô.. Toi l’humain, faux croyant de Vie ;

“Point Dieu Tu n’es” : Ô.. l’as tu pensé

Au moment du choix de l’exuvie

Pour ce frère si doux, si sensé.

Ô.. Toi l’humain, plongé dans l’ennui

Scrutant bidasses et origines

Jusques à procurer de l’Honni ;

Tu déshabilles la Vie divine.

Ô.. Toi l’humain, haïssant pensée,

Se délectant des jours d’obédiance

Où tu parais Chef de l’inconscience ;

Tu as brisé ce jour d’offensée.

 

Ô.. Toi l’humain, vois ses fiers parents

Mourir du chagrin Ô.. de Votre Honte

Décidant du sort pour différends

Sur l’intelligence : “pas votre Monde” !

Ô.. Toi l’humain, l’ayant envoyé

En Rhénanie com’ pour le punir

Et le fendre d’un cruel souvenir ;

Sois en sûr, l’Epée t’est avoyée !

Ô.. Toi l’humain, tu t’es tant moqué

De sa Maman déportée un jour

En vil Pays d’Oder sans amour ;

Honte à ta vie, celle d’un toqué.

Ô.. Toi l’humain, brisé est mon cœur

Celui d’un frère cherchant l’Ami

Matin et nuit où se meurt Bonheur ;

Cachez-vous du regard ennemi.

Ô.. Vous l’horreur, j’ai changé d’orbite

Ce “Dix Janvier”  fixant le Cercueil ;

Qu’importe ma vie : parfum de deuil

Me fait haïr “your” vie de Termite

Ô.. Vous noirceur, que faisiez-vous donc

Ce jour où Terre recouvra mon frère ?

Sans doute feigniez-vous l’amour : onc !

Pensez ! Vous aimez tant vous distraire.

Ô.. Vous cher idiot, si Dieu est, lors

Selon Tables, l’Enfer vous sera

Ce Livre de chevet, des remords ;

Sans Dieu : “mauvais sort” se servira !

 

Ô.. Vous l’aigri, nul Pardon fuira

De mes limbes : “Êtes lâcheté”

Derrière des galons sans clarté ! ;

Larme sans vie me fréquentera.

 

Ô.. Vous “la chose”!  je vous dégrade
Du titreHumainmourant en noyade !

Las ! n’ai pu l’en sauver, mon doux Frère;

Nuit : seul rêve à deux sera La Terre.

Oli ©…Ô Toi l'Humain

© (P)-     Francis Jr (9)  10/04 P8

(voyage d’un frère en limbes)

du livre « …Itinéraire d’un Calvaire” ;

https://trefondsdelimbes-over.blog.com

 

Tag(s) : #Poèmes_Série_10avr, #Poèmes_Itinéraire_Calvaire, #Poèmes_Années_Pb, #Poèmes_Série_Créateurs, #Poèmes_09_11syllabes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :